Adresse
/
Téléphone
CYCLOTOURISTE DIGNOIS
 
 
 
 
 
 

Concentration Nationale de l'Ascension

Le mot des organisateurs
 
Digne-les-Bains, préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, ville thermale, située au centre du département est heureuse de vous accueillir pour cette belle et grande Concentration nationale de l’Ascension. C’est une première en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Nous vous accueillerons au Palais des Congrès « Gérard GASTINEL », situé à 1 km du centre-ville.
Le Club Cyclotouriste Dignois, qui fête ses 80 ans, à l’habitude des grandes organisations nationales puisque dans sa longue histoire, il a organisé :
1952 – Pâques-en-Provence
1964 – La semaine fédérale
1980 – la finale nationale du critérium du jeune cyclotouriste
2002 – Pâques-en-Provence
Les 35 licenciés et membres, aidés par un réseau de bénévoles issus du tissu associatif dignois, vous recevront pendant les trois jours. Vous découvrirez une merveilleuse région entre les Alpes au Nord, les lavandes au Sud, à travers le territoire de l’UNESCO Géoparc de Haute-Provence.
Pour découvrir et apprécier notre région avec son patrimoine, nous vous proposons :
  • Des circuits variés avec des passages par des BPF et BCN
  • Des randonnées pédestres accompagnées
  • Des visites guidées de la ville et de la Crypte de Notre-Dame du Bourg
  • Pas de circuits VTT mais pour ceux qui veulent en faire, Digne-les-Bains possède une base VTT FFC avec des circuits de tous niveaux.
 

Un peu d'histoire

Les origines du Club cyclotouriste dignois
 
Quatre fois vingt ans ! Un bel âge ! Une vie riche de projets réalisés et de souvenirs engrangés. Beaucoup de clubs qui avaient rapidement grandi et prospéré sont maintenant disparus et oubliés. Ce n’est pas le cas du Club cyclotouriste dignois, né dans la discrétion mais qui a su développer et maintenir une activité que bien d’autres lui envieraient. Mais comment le club est-il né ?
 
Au début des années trente, les activités de plein air se développent en France. Elles sont boostées en 1936 par la loi sur les congés payés. Depuis quelques années, des amateurs de promenade cyclotouriste pédalent individuellement à Digne, se rencontrent sur la route et finissent par rouler ensemble. Ils voudraient bien former un club, mais ils n’ont pas d’attrait pour les formalités administratives. Ils demandent finalement au seul club sportif de la ville l’autorisation de former en son sein une section de cyclotourisme. Ce qui est fait.
 
Ainsi débute en 1936 la Commission de cyclotourisme du Club athlétique dignois. Irénée Auzet, négociant, préside la commission. André Barreau, mécanicien, est parmi les membres. La commission organise dès la première saison, le 29 novembre 1936, par le 1er Rallye d’hiver. On compte 55 participants dont 22 du Vélo club manosquin et 4 de la Pédale Sisteronaise. En 1937, elle met sur pied le 1er Rallye du printemps qui accueille 58 participants. C’est un « Rallye-promenade de propagande pour le cyclo-tourisme, sans aucune obligation ni contrainte… » Le 25 septembre, 11 membres du CAD vont au Derby cyclotouriste de la Foire de Marseille, dont Auzet, les frères Barreau et André ou Marcel Exubis. Les grands moments de la saison 1938 sont le 2eme Rallye du printemps et, le 7 août, le Rallye de la foire de Manosque, où l’on retrouve encore 11 membres du CAD. Mais il faut croire que les cyclos ne se sentent pas chez eux dans ce club d’athlétisme et de football. Au début de 1939, Irénée Auzet solde les comptes de la commission de cyclotourisme : étaient en caisse : 91,20 F ; dépenses : 110,70 F ; déficit : 19,50 F.
 
Puis, le jeudi 25 mai 1939, les cyclos se réunissent en assemblée générale au Grand café Gassendi pour fonder le Club cyclotouriste dignois. 13 personnes sont présentes. Irénée Auzet est élu président. L’article 1 des statuts précise que la société est « formée dans le but d’encourager et de développer la pratique du sport cycliste, du cyclotourisme, de l’éducation physique et de la préparation militaire. Elle a pour objet principal l’organisation de promenades cyclistes, d’excursions et de courses. » Elle est affiliée à l’Union vélocipédique de France pour les courses et à la Fédération cycliste indépendante du Midi pour le cyclotourisme. Le siège est au Grand café Gassendi. Le jour même, le nouveau club organise un Grand rallye cyclotouriste patronné par lePetit Marseillais qui coïncide avec l’arrivée du Tour du Sud-Est. C’est habilement faire d’une pierre… trois coups !
 
Mais les fastidieuses formalités administratives de déclaration répugnent toujours à nos cyclos. Il se trouve qu’Irénée Auzet est également vice-président du Rallye moto club dignois, fondé fin 1929, club que l’essor du vélo a mis en complète léthargie. André Barreau, qui vend des bicyclettes et des motos, en fait aussi partie.
 
Une assemblée générale extraordinaire du Rallye moto club dignois est convoquée le 23 juin 1939 par le président Rosan, qui se déclare démissionnaire comme son trésorier et son secrétaire, pas fâchés de reprendre leur liberté. « Sur la proposition de Mr Auzet, vice-président, qui lance un appel en faveur du cyclotourisme dont l’essor est constant, l’assemblée générale adopte après discussion, l’article 6 bis (des statuts) ci-après : il est créé au sein de la société une section de cyclotourisme qui fonctionnera sous l’appellation de Club cyclotouriste dignois. » Irénée Auzet est élu président du Rallye moto club dignois… dont la section cyclotouriste fournit la totalité de l’effectif ! Monsieur Rosan est maintenu président honoraire par politesse. L’en-tête du papier à lettre sera : Rallye moto club dignois et club cyclotouriste réunis, mais dans les faits, seul le nom de Club cyclotouriste dignois sera utilisé et il n’y aura jamais un semblant d’activité motocycliste. On commande aussitôt des maillots bleus à parement orange, et on organise le 31 juillet le 1er Rallye de la lavande. Mais la défaite et l’occupation arrivent aussitôt après.
 
On est en zone libre. De 1939 à 1945, le club continue de fonctionner, au ralenti certes car des jeunes gens sont réquisitionnés et partent au STO en Allemagne. En 1940, un arrêté préfectoral autorise les membres du CCTD à porter l’insigne du club. Le régime de Vichy s’emploie à regrouper les sociétés sportives en une entité unique, plus facile à contrôler. Réuni en AG extraordinaire le 8 octobre 1940, le CCTD refuse d’intégrer l’Etoile sportive dignoise instaurée par Vichy. Les 1er et 2 juin 1941, le club participe au Rallye de Sisteron et le 15 juin il organise la Course de côte de Courbons sous les règlements de l’UVF (FFC). En 1942, il organise le Grand prix de la ville de Digne et d’autres courses, fait une sortie de 300 km en deux jours sur Nice et une autre de la même distance sur Marseille. Notons que le club compte aussi des dames qui participent activement à la vie du club. En 1943,11 membres sont inscrits, mais certains sont au STO en Allemagne. En 1944, le CCTD est agréé comme association de tourisme, selon la demande transmise par la Fédération française de cyclotourisme à laquelle il adhère désormais, ainsi qu’à l’UVF (FFC). A l’AG du 7 août 1945, il est décidé de créer une section de gymnastique et de culture physique.
 
En 1946, la vie normale reprend son cours, le secrétaire André Barreau lance le Tour du Chaffaut, le Rallye de la Lavande est de nouveau organisé. En 1947, le club compte 20 membres. Le 20 février 1949 est organisé le Cross cyclo-pédestre de la ville de Digne et le 19 juin 1949 la 1ère Polymultipliée bas-alpine. Les événements les plus marquants du club sont les meetings de Pâques-en-Provence à Gaubert en 1952, à Digne en 2002, à Lurs en 2015, la Semaine fédérale de Digne en 1964, les annuelles concentrations du 14 juillet, la randonnée des gorges du Verdon tous les deux ans, le Brevet de l’étoile des Alpes depuis 1998, la finale du Critérium du jeune cyclotouriste en 1980.
 
Depuis 1939, le Club cyclotouriste dignois n’a eu que cinq présidents : Irénée Auzet (25 mai 1939 -16 déc. 1948), André Barreau (16 déc. 1948 – 29 déc. 1949) qui fut longtemps secrétaire, André Exubis (29 déc. 1949-19 déc. 1991), Gérard Meunier (19 déc. 1991-14 déc. 1997) et François Manent (14 déc. 1997 à ce jour). C’est un signe de sérénité. Car le Club cyclotouriste dignois fut et reste une grande famille. Mais de cette chaleureuse atmosphère, de la vie quotidienne du club, d’autres sauront en parler mieux que moi.
 
                                                                                                                                                   Raymond HENRY